[Chroniques BD #20] Knights of Sidonia

[Chroniques BD #20] Knights of Sidonia

Un manga de Dark SF par Tsutomu Nihei aux éditions Glénat.

 Résumé / De quoi ça parle?

Dans un lointain futur, la planète a été détruite par les Gaunas, une forme de vie extra-terrestre et dont les intentions n’ont jamais été comprises.

Knights of Sidonia - Gauna

Ce qu’il reste de l’humanité a fui dans de gigantesque navires spatiaux.

knights_of_sidoniaMalgré l’incroyable puissance des Gaunas, principalement due à leurs dimensions démesurées et à l’inutilité de la plupart des armes à leur encontre, les humains ne sont pas sans défenses. Lorsque fuir devient impossible, les « sentinelles » interviennent.  Grands robots de combat ( ou « méchas » ), ils sont le dernier rempart contre la menace extra-terrestre. Certain d’entre eux ont l’honneur de manier les aristas, des lances seules capables de venir à bout des Gaunas.

« Knights of Sidonia » est centré sur un des pilotes de sentinelle, Tanikaze Nagate, un des rares « non-hybrides » du Sidonia, le vaisseau de réfugiés dans lequel se déroule cette histoire. « Non-hybride » car, pour survivre, la population du Sidonia s’est vu modifiée génétiquement ( les humains se nourrissent maintenant par photo-synthèse – comme les plantes ), clonée, et un 3° sexe a même été crée pour stabiliser la démographie à bord du navire.

Et si les rencontres avec les Gaunas occupent grandement le temps de Tanizake, la vie à bord du vaisseau n’est pas sans risques non plus. Luttes de pouvoirs au sein de l’amirauté, jalousie parmi les pilotes, pertes sans fin de collègues et d’êtres chers parsèment le quotidien d’un héros de prime abord débordé mais dont le courage et un don exceptionnel pour le pilotage des sentinelles vont transformer le Sidonia à jamais.

Knights of Sidobia - Tanizake Nagate

Mon avis

Après un véritable succès d’estime pour la série « Blame!« , et plusieurs gros ratage dont « Biomega« , Tustomu Nihei revient avec un manga un peu plus « mainstream » mais non sans qualités!

S’il conserve l’atmosphère Dark SF de « Blame », avec ses formes de vie polymorphes, ses humains modifiés, sa biotechnologie omniprésente, il change radicalement sa façon de faire, notamment aux niveau des interaction entre les personnages.

Et oui, dans « Knights of Sidonia », les gens communiquent(!) et ont une vie sociale là ou « Blame » se caractérisait par des silences de plusieurs pages et une absence de vie qui faisait froid dans le dos. Mieux, Mr Nihei s’essaie à l’humour, ce qui a le mérite de dé-dramatiser un scénario plutôt noir.

Knights of Sidonia

Bien sûr il y a les sentinelles, mais il ne faut pas s’attendre à un manga de méchas pour autant, l’attention étant surtout portée par la vie au sein du Sidonia et aux objectifs assez opaques de ses dirigeants ainsi que sur l’énigme de l’acharnement des Gaunas ( dont l’intelligence paraît limitée ) à poursuivre les survivants.

Un scénario assez mystérieux donc mais qui tient en haleine et s’avère pour une fois assez clair ( à mettre en rapport avec les précédentes séries de l’auteur).

Coté dessins, je ferai les mêmes remarques que pour « Blame » ou « Biomega », à savoir de superbes architectures (l’auteur a fait des études dans ce domaine avant de se tourner vers la bd)  mais des personnages trop peu différenciés, surtout les femmes que l’on reconnaît principalement à leurs coupes de cheveux.. dommage!

Knights -f Sidonia - Sentinelles

Au final une très bonne surprise que ce « Knights of Sidonia » alors que Tsutomu Nihei était attendu au tournant. L’atmosphère propre à l’auteur s’est développée par le grand nombre de personnage qui interviennent dans la série et lui permet de rendre son message plus compréhensible malgré une mise en page assez « fouillis » et un dessin parfois brouillon, deux points qui avaient été largement sanctionnés dans ses précédentes créations.

Bonne lecture!

( La fiche Bdstock du premier volume )

NB: Mr Nihei étant un grand fan des X-Men, il a mis sa pierre à l’édifice avec le one-shot « Snikt! » (récemment ré-édité) , croisement entre Wolverine et l’univers de « Blame ». A voir par curiosité.

Chroniques BD News

D'autres Chroniques BD à découvrir..

  • Silver Surfer Parabole
  • Codeflesh Casey Adlard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam *