[Chroniques BD #17] La boîte noire

[Chroniques BD #17] La boîte noire

Un drame de Jacques Ferrandez et Tonino Benacquista aux éditions Futuropolis.

De quoi ça parle ? (Résumé)

Laurent Aubier, réparateur de photocopieuses, est victime d’un accident de voiture sur une petite route de montagne. Il échappe de peu à la mort et s’en sort seulement avec quelques égratignures.

La boite noire - Benacquista - Ferrandez

Cependant, suite au choc, il est tombé dans un coma vigil ( parenthèse médicale: premier stade du coma qui en compte quatre, le dernier se traduisant par la mort cérébrale du patient, fin de la parenthèse). Coma durant lequel son subconscient s’est « lâché » sous la forme d’une logorrhée ininterrompue d’une trentaine d’heures.

L’infirmière en charge de son cas a tout consigné dans un carnet qu’elle lui transmet avant son départ.

Voilà notre miraculé sorti de l’hôpital avec un véritable puzzle entre les mains. Des bribes de son passé, en grande partie oubliée à rassembler, à décrypter.

L’oubli étant un processus nécessaire de la mémoire, la mise à jour de cette « boîte noire » sera-t-elle pour Laurent une chance inespérée ou le début d’un cauchemar?

Mon avis

La boite noire - Benacquista - FerrandezLe point fort de cet album est dans son scénario (adapté d’une nouvelle de Tonino Benacquista).

Et surtout de cet incroyable postulat de base: Si vous vous retrouviez avec le contenu de votre inconscient entre les mains?

Ainsi on suit notre petit réparateur de photocopieuses remonter le temps, reconstruire son histoire sans pouvoir la réparer. Rétablir la vérité crue, celle qu’au final son esprit avait préféré oublier.. Et tomber, car certains secrets sont simplement inaccessibles.

Cette quête désespérée et bien illustrée par le trait classique mais efficace de Jacques Ferrandez qu’on a vu illustrer récemment  une adaptation de Camus: L’étranger.

Au final une idée astucieuse et un album qui méritait d’être ré-édité ( il est d’abord paru en 2000 aux éditions Gallimard/Futuropolis ) même s’il faut bien avouer que le dénouement nous laisse un peu sur notre faim. Car si l’auteur prend soin d’installer son histoire, il bâcle beaucoup trop vite sa conclusion, ce qui est d’autant plus frustrant que la quête de soi initiée par Laurent s’avérait si passionnante qu’il méritait bien une vingtaine de planches supplémentaires!

(la fiche BdStock)

 

Chroniques BD News

D'autres Chroniques BD à découvrir..

  • Rachel Rising / Terry Moore
  • Elric Le trone de rubis
  • Millenium Runberg Homs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam *