[Chroniques BD #14] Bag Men

[Chroniques BD #14] Bag Men

Bag Men est un polar très noir de Amazing Ameziane.

Très noir et pas facile à trouver puisqu’il semble que tous les libraires ne l’aient pas reçu.. C’est dommage car le pitch est bien alléchant!

De quoi ça parle?

Un « Bag man« , en argot américain, est un type qui récolte/transporte de l’argent souvent récolté illégalement. Et Bag Man, c’est le boulot de Bronson ( Le type sur fond rouge sang qui fait la une de cette chronique). Il n’a pas l’air franchement sympa – et il ne l’est pas – mais c’est un vrai pro. Le sale boulot, ça le connaît, ça ne veut pas dire qu’il aime ça, non, mais il est du genre loyal et contrairement aux tordus qui l’entourent, il connaît le sens du mot « respect ».

Bag Men - Le chantageC’est donc tout naturellement que le Boss Torrio, son employeur, le parrain de Las Vegas, lui confie la mission de transporter 2 millions de dollars à remettre au gang qui a kidnappé sa fille, Alice, star de la télé et prunelle des yeux de son père. Seulement, 2 millions, c’est beaucoup d’argent, et le Boss est un vieux singe.. Aussi, il colle à Bronson un tueur à gages psychopathe du nom de « Iceberg » pour s’assurer que le fric ne se perde pas en chemin.

Leur vraie mission ? Tuer tout le monde, ramener la fille et la rançon!

Malgré un tandem de Bag Men un peu boiteux cela aurait pu bien tourner si les types en face avaient été ce qu’ils paraissaient être: des narcos cokés jusqu’à la racine des cheveux et aussi compétents que des cafards devant un ouvre-boîte.

Car franchement qui serait assez con pour faire chanter Torrio ? Sûrement pas des paramilitaires sur-entraînés.. A moins que!

BagMen Alice

Résultat?

Voilà, le ton est posé, on à affaire à un polar qui lorgne sans vergogne vers Tarentino et qui annonce la couleur d’entrée de jeu: ça va saigner et tout le monde (ou presque) doit mourir.

Bien sûr, une telle trame pourrait en rebuter plus d’un aussi l’auteur joue le suspens en soignant bien le scénario. Par de multiples flash-backs et flash-forwards, il monte une intrigue à tiroirs qui voit l’étau se resserrer  autour de Bronson. Pourtant le gaillard n’est pas sans ressources et il va le démontrer tout au long de l’histoire. Seulement il va très vite être dépassé lorsque le simple kidnapping va se transformer en guerre des gangs.

BagMen - Tout le monde doit mourir!

Au final une très bonne surprise pour ce jeune auteur ( dans le monde de la BD ) que « Bag Men ». Mister Ameziane signe un thriller bavard et violent dans la lignée d’un « Pulp fiction » dont on soulignera le coté très « cinématographique ». On peut seulement lui reprocher un dessin un peu léger par moment ( mais à sa décharge, 196 pages c’est du boulot) et peut-être d’avoir voulu  en faire trop. Je veux dire, le flash-back à répétition ça marche dans la construction d’une intrigue mais comme toutes les bonnes choses, il ne faut pas en abuser car le rythme devient trop souvent haché et l’effet de surprise tend à disparaître au profit de l’agacement. Et du coup le film tient deux heures quand il aurait mieux valu une heure et demi..

Mais ne boudons pas notre plaisir, c’est trop rare d’avoir un polar bien sombre, bien violent et instructif à la fois. Maintenant je sais comment me débarrasser de mon meilleur ennemi, l’air de rien, avec seulement un verre d’alcool!

Bonne lecture!

Nb: Les premières pages sont disponibles à la lecture sur le site de Delitoon.

( La fiche BdStock )

( Le site de l’auteur )

 

 

 

Chroniques BD News

D'autres Chroniques BD à découvrir..

  • Bad Ass T1
  • Sortilèges par Dufaux et Munuera

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam *