[Chroniques BD #10] Codeflesh

[Chroniques BD #10] Codeflesh

Codeflesh est une création de Joe Casey et Charlie Adlard.

De quoi ça parle?

Cameron Daltrey est agent de probation à Los Angeles. C’est lui qui paye la caution de criminels et est chargé de veiller à ce qu’ils se présentent au tribunal.

Codeflesh Casey AdlardCe qu’il ne dit pas, c’est qu’il prend un certain plaisir à botter le cul de ses « clients » quand ils se mettent hors la loi..

Il y prend tellement de plaisir, qu’il doit le faire masqué et sous le nom de « Codeflesh » depuis qu’il a failli en tuer un.

Bien sûr, ce boulot lui bouffe la vie car ses clients sont rarement respectueux du règlement et l’état assez chiche dans ses remboursements. Et lui qui passe ses nuits à pourchasser le petit délinquant, n’a pas vraiment de temps pour autre chose.. Au grand regret de la strip-teaseuse (pardon, go go danseuse) qui lui sert de petite amie. Dommage, car ces deux là sont accrocs mais – loin des yeux, loin du coeur – la double vie de Cameron rend les choses bien trop compliquées dangereuses.

En effet, la petite délinquance que combat Codeflesh est principalement composé de criminels aux super pouvoirs ( des super vilains donc) alors que lui-même n’en a aucun, sinon un talent indéniable pour se plonger dans les embrouilles!

Ce que j’en pense

codeflesh

Codeflesh est une création en « Creator-Owned » ( une sorte d’auto-édition ) de Joe Casey et Charlie Adlard, ce dernier étant principalement connue en France pour la série « Walking Dead ».

Si je dis ça c’est parce que cela se ressent. Entre les premières planches du projet et les derniers chapitres, il y a un net écart de style graphique , à tel point que je me suis demandé si Adlard avait un homonyme. Plusieurs années se sont donc passées et il est probable que Codeflesh soit resté dans un tiroir un certain temps avant de trouver un diffuseur. (par ailleurs c’est bien expliqué par Casey en fin de volume).

En soi ce n’est pas gênant. Mais je vais être honnête. A mes yeux Codeflesh est une bonne idée, on suit avec plaisir les démêlés de Cameron avec les super-truands qu’il a sa charge et son choix difficile entre travail-justice-vie privée. Le fait d’avoir un chapitre – une histoire laisse peu de temps morts et le déséquilibre permanent des combats ( Le héros a le visage tuméfié par ses combats à répétition durant la moitié de l’histoire) maintient bien le suspens. Donc, malgré un début un peu laborieux, on a là un comics avec un bon potentiel.

Quel est le problème alors? le principal souçi, à mes yeux, est que ce comics est paru il y a près de 10 ans maintenant dans sa version originale et depuis.. plus rien! C’est d’autant plus dommage que ça se finit en plein cliffhanger..  Bref cet album, malgré son intérêt évident est plutôt à réserver aux fans de Charlie Adlard qui souhaitent le connaître avant son passage par The Walking Dead. Les autres mettront les 15€ que coûte l’album au frais en attendant la parution d’une hypothétique suite.

Bonne lecture!

( La fiche BdStock )

Chroniques BD News

D'autres Chroniques BD à découvrir..

  • Galkiddek 1 Giroud et Grella
  • Ma reverence / Wilfrid Lupano / Rodguen
  • Ekho par Arleston et Barbucci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam *