[Chroniques BD #12] Douce,tiède et parfumée

[Chroniques BD #12] Douce,tiède et parfumée

Douce, tiède et parfumée est une oeuvre de Ignacio Noé.

Douce tiède et parfumée de Ignacio Noé

Ignacio Noé est un auteur argentin plus connu pour ses ouvrages érotiques pornographiques. Mais depuis la parution d’Helldorado aux éditions Casterman, il commence à se faire connaître du grand public et récidive cette année avec une nouvelle série au titre ambigu:  » Douce, tiède et parfumée« ..

De quoi ça parle?

AllyGrand empire britannique, époque Victorienne. Ally, fille de riches bourgeois, éduquée selon les bonnes moeurs, s’apprête à faire un beau mariage avec un membre de l’aristocratie londonienne.  Cependant, depuis quelques nuits, elle est en proie à d’étranges cauchemars, plus violents les uns que les autres.

Et c’est lors d’une de ces nuits qu’elle trouve son père, brillant scientifique, assassiné. Commence pour elle une véritable descente aux enfers puisqu’elle va découvrir que, contrairement aux dires de ses parents, elle n’est pas fille unique mais qu’elle a une soeur et que toutes deux ont été séparées de leur mère biologique à leur naissance et placées dans des foyers différents  dans l’idée d’accomplir une expérience ayant trait à l’hérédité

Ce que j’en pense

Ignacio Noé nous livre un intéressant thriller ésotérique. Le cadre Victorien, en plein bouleversement scientifique est bien trouvé. Mettre en opposition les superstitions traditionnelles (spiritisme,etc) avec les prémices de la recherche sur le cerveau ( hérédité, inné-acquis, théorie des rêves ) ouvre des ponts entre un royaume onirique digne d' »Alice aux pays des merveilles » et celui, plus terre à terre, de la révolution industrielle.

Douce tiede et parfumee

Coté dessins, rien à dire, c’est très beau et l’auteur donne la pleine mesure de son talent même si on peut regretter qu’il cède un peu à la facilité sur les décors, l’intérieur des maisons bourgeoises prenant trop souvent le pas sur les vues du Londres du 19°Siècle. Mais il sait également distraire le lecteur des choses matérialistes par quelques touches d’érotisme savamment distillées ( quelques touches hein, cela reste dans un cadre purement artistique 😉 ).

Au final pas grand chose à dire contre cet album et, c’est là où le bât blesse, pas grand  chose à dire pour non plus. L’auteur prend le temps de poser son histoire mais le rythme global de l’album est un peu chaotique. Lors des rêves d’Ally, on peut avoir plusieurs planches sans texte, ce qui donne un caractère très dynamique à la séquence. Au contraire, d’autres cases liées au développement de l’histoire sont très verbeuses. On a donc une alternance pas forcément homogène qui donne une impression de « remplissage » par moment. Même constat pour les dessins où, comme je l’ai dit plus haut, certains plans sont magnifiques et d’autres, secondaires, nettement moins travaillés. Les deux points que je viens de citer ne sont pas rédhibitoires en soi, d’autant que Ignacio Noé travaille seul sur cette série mais il faut bien avouer que si je recommande cette BD sans problème, je souhaite que la suite se montre un peu plus « explosive » tant visuellement que dans sa trame scénaristique!

Et toi, ami bédéphile, ton avis? Plutôt bien ou peut mieux faire?

Bonne lecture!

Nb: J’ai pu voir sur certains sites (dont celui de l’éditeur) que la série était vendue comme ‘Steampunk‘, sincèrement ce n’est pas le cas dans ce premier volume…

( La fiche BdStock )

 

Chroniques BD News

D'autres Chroniques BD à découvrir..

  • Hawkeye par Matt Fraction David Aja et Javier Pulido
  • Chroniques Bd Stock 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam *